Association et forum Francophone créés le 8 avril 2009 avec Comité de Lecture. Ici, les terres de l’imaginaire sont foulées par des écrivains en herbe, en devenir ! Ici, la langue française parle le fantastique ! Ici ! Votre œuvre sera lue, évaluée.
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Dim 21 Sep 2014 - 11:43

Bonjour à vous tous,

Nous avons le plaisir de compter parmi nos membres un nouvelliste édité aux éditions Fantasy-Editions.Rcl.
Sa nouvelle la GLOIRE ÉCARLATE cible depuis maintenant plus d’un mois les premières places dans les classements.

Impuissant, le jeune chasseur Bastan voit tout un village se faire massacrer par des brigands quand une troupe de Radashiens, payée par le roi, vient leur porter secours. Bastan part aussitôt rejoindre ces mercenaires, réputés sur tout le continent pour leur efficacité et leur férocité. La formation aussi inhumaine que dangereuse lui apprendra pourtant le sens du mot fraternité... et que la gloire s’achète au prix du sang. Le jour de la dernière épreuve approche...


http://www.amazon.fr/La-Gloire-%C3%89carlate-Fabrice-Pittet-ebook/dp/B00MX47BQW

http://www.amicalement-geek.fr/decouverte-la-gloire-ecarlate-de-fabrice-pittet/




Fabrice a bien voulu se prêter au jeu de l’interview et répondre à ces quelques questions :


Votre rapport à l’écriture

Quand avez-vous décidé de vous plonger dans l’écriture ?

Utilisez-vous un logiciel d’aide à l’écriture, correcteur ou autre ?

Vous êtes membre de Rêve de Fantasy, est-ce que cela vous a apporté quelque chose au sujet de l’écriture ? Si oui pouvez-vous nous en dire plus ?



L’écriture de votre œuvre publiée.

Avez-vous rapidement eu une idée claire du scénario ou s’est-il mis en place à mesure ?

Avez-vous corrigé votre travail au fur et à mesure ou une fois la rédaction terminée ? À ce titre, combien de temps vous a pris le travail de réécriture, correction ? Cette correction a-t-elle été compliquée ? Avez-vous eu recours à des lecteurs tests ?

Comment avez-vous concilié vie professionnelle, familiale et le temps nécessaire à l’élaboration de votre œuvre ?

Quels sont les passages que vous avez préféré rédiger ? Quels ont été les plus ardus à écrire ?


À la recherche d’un éditeur

Comment avez-vous su que votre récit était achevé, que vous ne pouviez plus l’améliorer, qu’il était temps de l’envoyer ?

À combien d’éditeurs l’avez-vous envoyé ?

Aviez-vous des liens personnels ou professionnels ayant pu appuyer votre tapuscrit auprès des maisons d’édition ?

Au bout de combien de temps avez-vous reçu une réponse ? Toutes les maisons vous ont-elles répondu ? Combien ont répondu à la négative avant de recevoir un accord ?

Pour parler plus particulièrement de votre actuel éditeur que je vous laisse citer, au bout de combien de temps celui-ci vous a-t-il répondu ?

Votre éditeur a-t-il directement validé votre œuvre ou s’est-il d’abord montré sceptique ?

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez reçu la réponse positive de votre éditeur ?


De l’acceptation à la parution

Votre éditeur vous a certainement demandé un certain travail de correction sur votre œuvre. Était-il conséquent ? Vous a-t-on obligé à modifier des passages que vous teniez à garder ?


Au final, combien de temps s’est écoulé entre le début de l’écriture de votre livre et sa parution ?

La promotion

Pensez-vous apporter quelque chose de nouveau dans la littérature de l’imaginaire ?

Avant de finir et en quelques mots, que pourriez-vous nous dire pour nous donner envie de découvrir votre œuvre ? Et citer un paragraphe que vous aimez le plus ?


Pour conclure : quels sont vos autres projets ou œuvres publiées ?


Ce sujet est donc dédié à l'auteur.
Nous vous demandons de ne rien écrire, tant qu'il n'aura pas répondu à nos questions.

Amicalement
Olivier.
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.


Dernière édition par olivier.lusetti le Sam 18 Oct 2014 - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Lun 22 Sep 2014 - 2:30

Bonjour à tous! Voilà donc les quelques réponses aux questions posées. N'hésitez pas à me questionner sur un point précis si vous en avez envie!


Votre rapport à l’écriture

Quand avez-vous décidé de vous plonger dans l’écriture ?

Cela fait plus d’une quinzaine d’années. Je crois que ma première histoire, une nouvelle, a germé dans ma tête lorsque j’assurais une nuit de garde à l’armée. Mais j’ai réellement pris le taureau par les cornes il y a dix ans, en 2004, lorsque j’ai entamé ma première grosse histoire de Fantasy. Depuis ce moment un peu charnière pour moi, j’essaie de me donner des objectifs et j’adopte une certaine rigueur dans mon processus créatif : écrire chaque jour, le plus de temps possible, sans oublier la lecture en parallèle. Car cette dernière nourrit bien entendu mon écriture, de façon plus ou moins consciente.

Utilisez-vous un logiciel d’aide à l’écriture, correcteur ou autre ?

Pas systématiquement, mais je suis en train de me familiariser avec Antidote. Toutefois, je ne l’utilise qu’à la fin, après plusieurs relectures effectuées par mes soins. Lorsque j’écris, c’est de manière fluide, sans être guidé par un quelconque programme qui me signalerait toutes les deux lignes un problème. J’ai vraiment besoin de liberté lorsque je pianote, du moins jusqu’à ce que mon cerveau ne soit plus capable de peaufiner le travail sans une aide extérieur.

Vous êtes membre de Rêve de Fantasy, est-ce que cela vous a apporté quelque chose au sujet de l’écriture ? Si oui pouvez-vous nous en dire plus ?

Je ne connais Rêve de Fantasy que depuis une année, plus ou moins. Par conséquent, ce n’est pas ce forum d’échanges qui m’a permis d’évoluer le plus dans ma passion de l’écriture, même si je lis des passages postés par les membres avec un intérêt certain. Je trouve néanmoins le concept réellement intéressant et formateur, et j’aimerais pouvoir donner plus de temps à ce forum.


L’écriture de votre œuvre publiée.

Avez-vous rapidement eu une idée claire du scénario ou s’est-il mis en place à mesure ?

Au départ, j’ai souvent des idées qu’on pourrait qualifier de « spontanées », même si le terme est sans doute mal choisi.  Des images, des situations, des personnages, des lieux, des créatures… Lorsque j’ai deux ou trois idées, je les mets ensemble dans ma tête et je laisse reposer. Peu à peu, l’histoire prend forme. Mais je ne fais aucun plan. J’ai la trame dans mon esprit, ainsi que la finalité de l’histoire. Lors de l’écriture, de petites choses s’imposent d’elles-mêmes, des personnages apparaissent, des situations changent. En fait, je ne suis jamais autant dans l’histoire que lorsque j’écris. Cela me permet de partir moi aussi à l’aventure, et je dois admettre que c’est l’un des paramètres qui me poussent à poursuivre dans ma façon de faire, sans élaborer de plan immuable et détaillé.

Avez-vous corrigé votre travail au fur et à mesure ou une fois la rédaction terminée ? À ce titre, combien de temps vous a pris le travail de réécriture, correction ? Cette correction a-t-elle été compliquée ? Avez-vous eu recours à des lecteurs tests ?

Oui, je relis souvent ce que j’ai écrit durant la phase même d’écriture, ce qui me permet de corriger mon texte de manière continue. Une fois que mon histoire est terminée, je la relis plusieurs fois et j’apporte surtout des changements à la forme plus qu’au fond. La correction est assez délicate, certes, mais c’est une tâche que j’adore. C’est un peu comme ajouter de petits détails ou de subtils contrastes à un tableau. A ce moment, le travail effectué apparaît dans sa parure véritable.
Et oui, j’ai eu recours à des « relecteurs ». D’ailleurs leurs retours sont très importants pour corriger les coquilles mais également toutes les petites choses que, en tant qu’auteurs, nous ne percevons plus. Il arrive un stade où le texte fait partie intégrante de notre personne. Impossible de prendre un recul suffisant pour améliorer sa création.

Comment avez-vous concilié vie professionnelle, familiale et le temps nécessaire à l’élaboration de votre œuvre ?

Comme je le dis plus haut, je crois qu’il est essentiel de s’organiser, de s’aménager chaque jour un moment pour l’écriture. Moi qui suis plutôt du genre brouillon et peu structuré, ce n’est pas facile, mais je m’y tiens. J’ai la chance d’avoir de longs trajets pour aller au travail, et je fais tout en transport public. Du coup, j’ai du temps que je peux consacrer à l’écriture. Les jours de congé, j’écris surtout le matin, à mon réveil, pendant quelques heures, avant que ma petite famille se réveille. Je vais souvent dans les bars ou les pubs, car j’ai besoin de bruit et d’activité autour de moi pour créer. En fait, je déteste le calme et le silence, à part celui que murmure la nature…
De surcroît, j’ai la chance d’avoir une femme compréhensive, qui sait quels sont mes besoins et qui me laisse du temps pour moi. Et mon petit gars de trois ans me donne pas mal de volonté, surtout lorsqu’il me demande « qui c’est ? » en pointant son doigt boudiné sur l’archer présent sur la couverture de ma nouvelle.

Quels sont les passages que vous avez préféré rédiger ? Quels ont été les plus ardus à écrire ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. J’aime les échanges entre les personnages, les dialogues.  J’adore également peindre les dilemmes, les introspections. Rentrer à l’intérieur des personnages, c’est passionnant. J’apprécie bien entendu les descriptions et les scènes d’action, car c’est peut-être dans ces passages que le style s’exprime le mieux. A la vérité, j’aime rédiger un peu tout ce qui sert l’histoire. Tout dépend de mon humeur du moment, en somme. Mais une chose est certaine : ce que je préfère, c’est tout ce qui a trait aux méchants. Niark niark !
Pour ce qui est de la difficulté, je pense que les scènes d’action sont les plus complexes à mettre au point. Il faut rester fluide, aller droit au but sans tomber dans la facilité. Employer toute une panoplie de figures de style n’est pas forcément recommandé. On a doit aller à l’essentiel, avec des phrases « qui glissent toutes seules ». De mon point de vue, c’est la tâche la plus ardue. Ecrire de l’action, c’est marcher sur des œufs.

À la recherche d’un éditeur

Comment avez-vous su que votre récit était achevé, que vous ne pouviez plus l’améliorer, qu’il était temps de l’envoyer ?

Pour tout dire, je ne l’ai pas su ! ^^ Je suis un sempiternel insatisfait, un perfectionniste un peu névrosé sans doute ! ^^ A chaque fois que je relis un passage, il m’est difficile de réprimer mon envie de modifier quelque chose. Mais ce sont surtout mes amis lecteurs qui m’ont ouvert un peu les yeux. Une fois ou l’autre, il faut se lancer ! Mais ce n’est jamais facile de dévoiler à une maison d’édition le fruit de ses efforts. Je comprends vraiment cette « angoisse » que ressentent beaucoup de personnes ici, sur RDF. Lorsqu’on écrit, on le fait avec ses tripes, on donne tout. Cela nous pousse à développer une vraie personnalité face aux critiques. Garder l’esprit ouvert, mettre en sourdine cette petite voix orgueilleuse qui tente de te convaincre que l’autre n’a rien compris à ce que tu voulais dire à travers tes lignes.

À combien d’éditeurs l’avez-vous envoyé ?

Deux, en tout et pour tout.

Aviez-vous des liens personnels ou professionnels ayant pu appuyer votre tapuscrit auprès des maisons d’édition ?

Pas vraiment. Sur la Gloire Ecarlate, j’ai joué la carte de la « preuve par le travail. » J’ai montré mon taff, j’y suis allé franco, sans prétention, avec juste de la volonté et de la bonne humeur.

Au bout de combien de temps avez-vous reçu une réponse ? Toutes les maisons vous ont-elles répondu ? Combien ont répondu à la négative avant de recevoir un accord ?

Comme dit plus haut, j’ai fait parvenir mon texte à deux éditeurs. Le premier n’a pas répondu à mon envoi. L’ironie veut que c’est à la base pour lui que j’avais écrit la nouvelle, dans le cadre d’un appel à textes pour un recueil... Ensuite, j’ai patienté avant de recevoir la réponse du deuxième éditeur.

Pour parler plus particulièrement de votre actuel éditeur que je vous laisse citer, au bout de combien de temps celui-ci vous a-t-il répondu ?

Fantasy Editions m’a donné réponse environ six semaines après mon envoi.

Votre éditeur a-t-il directement validé votre œuvre ou s’est-il d’abord montré sceptique ?

Fantasy Editions m’a fait un retour concis. Plusieurs choses ne leur convenaient pas, mais la porte restait ouverte si je désirais tenter ma chance une seconde fois avec un autre texte. Mais c’est une fabuleuse rencontre avec Olivier Lusetti aux Imaginales d’Epinal qui est venue un peu modifier tout ça. On a longuement discuté. Les échanges d’idées, de points de vue, d’astuces. Tout ça a motivé ma persévérance. J’ai décidé de tenter une nouvelle fois ma chance avec la Gloire Ecarlate.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez reçu la réponse positive de votre éditeur ?

Une grande joie, je ne vais pas le cacher. Ecrire, c’est une chose. Plaire aux amis et aux membres de la famille, c’est encore autre chose. Mais plaire à un « inconnu », c’est encore plus gratifiant, surtout s’il s’agit d’un éditeur. Un « oui » de sa part, je le prends comme un énorme témoignage de confiance en ce que j’ai fait.

De l’acceptation à la parution

Votre éditeur vous a certainement demandé un certain travail de correction sur votre œuvre. Était-il conséquent ? Vous a-t-on obligé à modifier des passages que vous teniez à garder ?

On m’a demandé de corriger et de changer quelques passages. Je me suis exécuté pour certaines des requêtes avancées, et pour d’autres je suis resté intraitable. Une vraie tête de mule ! ^^ Je pense que les concessions des deux parties ont vraiment permis de rendre le travail encore plus intéressant. D’ailleurs, je tiens à tirer mon chapeau à Fantasy Editions sur ce point précis : ils ont compris que l’auteur devait garder une certaine latitude et même s’ils donnent leur avis, ils savent également rester à l’écoute de l’auteur. Cela donne un climat favorable à la discussion et à la création qui en découle.

Au final, combien de temps s’est écoulé entre le début de l’écriture de votre livre et sa parution ?

Environ neuf mois. J’ai écrit ma nouvelle en deux mois – au milieu d’un déménagement, c’était pas gagné ! – et il m’a fallu environ sept mois pour décrocher mon contrat

La promotion

Pensez-vous apporter quelque chose de nouveau dans la littérature de l’imaginaire ?

Le genre de question auxquelles je n’aime pas répondre ! Hihi ! Je ne révolutionne rien, pour sûr. Ce n’était ni mon but ni ma prétention. J’ai simplement essayé d’obéir à certains codes pour en bafouer d’autres, de manière à rendre original mon angle de vue. Le reste, c’est au lecteur de décider.

Avant de finir et en quelques mots, que pourriez-vous nous dire pour nous donner envie de découvrir votre œuvre ?

Mon histoire s’adresse à tous les lecteurs qui aiment le brut de décoffrage, la tripaille et l’action. ^^ Plus sérieusement, la Gloire Ecarlate aborde un thème qui me semble important : lorsque tout espoir de trouver du bon en l’homme est perdu, à quoi peut-on se rattacher ? On se demande ce qui est bien, ce qui est mal… On se rend compte ensuite que chaque personne détient une vision différente de ces deux concepts. Le Mal. Le Bien. Rien d’objectif là-dedans ! Alors, que croire ? Qui croire ? Au début de l’histoire, Bastan, le héros, abrite une flamme d’espoir dans son cœur. Mais la voie qu’il choisit va le changer en quelque chose d’autre. Quelque chose de dangereux. En même temps, il gagnera ce qu’il rêvait d’atteindre : un idéal, une raison de vivre.

Pour conclure : quels sont vos autres projets ou œuvres publiées ?

J’ai écrit plusieurs romans qui font partie de deux mondes différents. Je suis sans cesse dans la relecture et la modification. Un jour, peut-être, ils seront présentés aux éditeurs. J’ai également quelques nouvelles sur le feu. Certaines sont terminées. D’autres en phase d’écriture. Et d’autres dans ma tête. Ça cogne d’ailleurs pas mal, là-dedans. Du coup, je vous laisse et je vais poser tout ça sur du papier numérique ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Lun 22 Sep 2014 - 5:11

Encore bravo pour cette magnifique nouvelle ! :)

Ces interviews sont toujours un plaisir... je trouve instructif cette levée de voile sur l'intimité d'un auteur... marrant de trouver des résonances comme de découvrir les différences avec son propre rapport à l'écriture.

Rahlala, on devrait se botter le train mutuellement pour sortir du nid douillet des relectures de nos romans... :lol:

Bizatoi,
Foenidis
Revenir en haut Aller en bas
barla
Homme (femme) de Plume
Homme (femme) de Plume
avatar

Messages : 4880
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Lun 22 Sep 2014 - 5:52

En tout cas, c'est une nouvelle réussie, bien agréable à lire. :D Et très bonne fin.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesmotsdag.over-blog.com/
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Lun 22 Sep 2014 - 21:59

Merci à vous deux les filles!

En effet, c'est toujours assez marrant de savoir comment fonctionne un auteur. On remarquera toujours des différences, ce qui me fait penser qu'il n'existe aucune "recette". C'est même mieux ainsi. A chacun de trouver sa voie et ses procédures. youpi
Revenir en haut Aller en bas
Esmer
Auteur Illusionniste
Auteur Illusionniste
avatar

Féminin Messages : 629
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Lun 22 Sep 2014 - 23:45

Bravo pour cette aventure, en espérant qu'elle ne soit pas la dernière ;)
Revenir en haut Aller en bas
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mar 23 Sep 2014 - 3:53

Merci Esmer!
Revenir en haut Aller en bas
Plumedesable
Ecrivain Elfique
Ecrivain Elfique
avatar

Féminin Messages : 1987
Date d'inscription : 25/05/2012

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mar 23 Sep 2014 - 5:53

J'aime beaucoup ta façon de faire, Sarlacc :). Je m'y retrouve pas mal.

Et j'ai vraiment bien aimé ta nouvelle, belle écriture, belle histoire, bravo :).
Revenir en haut Aller en bas
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mar 23 Sep 2014 - 22:59

C'est très gentil à toi Plume!

Tu te retrouves en moi sur quels points précis? Ça m'intéresse. :D
Revenir en haut Aller en bas
Plumedesable
Ecrivain Elfique
Ecrivain Elfique
avatar

Féminin Messages : 1987
Date d'inscription : 25/05/2012

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mer 24 Sep 2014 - 22:41

Hello Sarlacc!

Sarlacc a écrit:
Comme je le dis plus haut, je crois qu’il est essentiel de s’organiser, de s’aménager chaque jour un moment pour l’écriture. Moi qui suis plutôt du genre brouillon et peu structuré, ce n’est pas facile, mais je m’y tiens. (...)
De surcroît, j’ai la chance d’avoir une femme compréhensive, qui sait quels sont mes besoins et qui me laisse du temps pour moi. Et mon petit gars de trois ans me donne pas mal de volonté, surtout lorsqu’il me demande « qui c’est ? » en pointant son doigt boudiné sur l’archer présent sur la couverture de ma nouvelle.

Là, je me reconnais là! :lol: . Mes enfants sont très curieux, la plus âgée lit et commente, le mari... est patient! :lol: . Bon et aussi, j'essaie d'écrire tous les jours, mais ça demande une sacrée organisation et parfois c'est difficile. :zen:

Sarlacc a écrit:
Je n’ai pas vraiment de préférence. J’aime les échanges entre les personnages, les dialogues. J’adore également peindre les dilemmes, les introspections. Rentrer à l’intérieur des personnages, c’est passionnant. J’apprécie bien entendu les descriptions et les scènes d’action, car c’est peut-être dans ces passages que le style s’exprime le mieux. A la vérité, j’aime rédiger un peu tout ce qui sert l’histoire. Tout dépend de mon humeur du moment, en somme. Mais une chose est certaine : ce que je préfère, c’est tout ce qui a trait aux méchants. Niark niark !
Pour ce qui est de la difficulté, je pense que les scènes d’action sont les plus complexes à mettre au point.(...).

Entièrement d'accord!
D'ailleurs j'ai beaucoup aimé ta description de la flèche qui part, au tout début de ta nouvelle : on visualise parfaitement, c'est comme un ralenti en manga. Vraiment bien :).


Sarlacc a écrit:
Fantasy Editions m’a fait un retour concis. Plusieurs choses ne leur convenaient pas, mais la porte restait ouverte si je désirais tenter ma chance une seconde fois avec un autre texte. Mais c’est une fabuleuse rencontre avec Olivier Lusetti aux Imaginales d’Epinal qui est venue un peu modifier tout ça. On a longuement discuté. Les échanges d’idées, de points de vue, d’astuces. Tout ça a motivé ma persévérance. J’ai décidé de tenter une nouvelle fois ma chance avec la Gloire Ecarlate.

Tout pareil :). J'ai rencontré Olivier au salon des éditeurs indépendants, et nos échanges ont été très stimulants. Je ne suis pas toujours en phase avec lui, loin de là ( ^^), mais il a le mérite d'être vraiment exigent et de nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes.

Sarlacc a écrit:
Une grande joie, je ne vais pas le cacher. Ecrire, c’est une chose. Plaire aux amis et aux membres de la famille, c’est encore autre chose. Mais plaire à un « inconnu », c’est encore plus gratifiant, surtout s’il s’agit d’un éditeur. Un « oui » de sa part, je le prends comme un énorme témoignage de confiance en ce que j’ai fait.

Tout pareil :)



Sarlacc a écrit:
Ce n’était ni mon but ni ma prétention. J’ai simplement essayé d’obéir à certains codes pour en bafouer d’autres, de manière à rendre original mon angle de vue.

J'aurais beaucoup moins aimé ta nouvelle si tu étais resté sur quelque chose d'attendu pour la fin. J'ai trouvé le renversement des valeurs très intéressant: on part sur une histoire de type "héroïque" classique, et en fait.... Mais shht. :).

À plus! :)

Revenir en haut Aller en bas
barla
Homme (femme) de Plume
Homme (femme) de Plume
avatar

Messages : 4880
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mer 24 Sep 2014 - 23:07

Citation :
J'ai trouvé le renversement des valeurs très intéressant: on part sur une histoire de type "héroïque" classique, et en fait...
idem. Pour moi c'est vraiment ce renversement de valeurs qui fait toute la force de la nouvelle :D
Revenir en haut Aller en bas
http://lesmotsdag.over-blog.com/
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Jeu 25 Sep 2014 - 1:40

Plume: Oui l'histoire de la flèche... En fait, ma première passion, celle qui m'a vraiment plongé dans l'univers de l'imaginaire, c'est le cinéma. J'ai vu des milliers de films, depuis tout petit. Je pense que ces dizaines de milliers d'heures devant les écrans m'ont nourri l'imagination. Et du coup lorsque je veux écrire une scène, c'est comme si je voyais un film dans mon esprit. Je n'ai qu'à décrire ce qui défile tout seul dans ma tête, en somme.

D'ailleurs, on m'a déjà fait cette remarque, que je considère comme positive: on a parfois l'impression de lire un scénario de film en se plongeant dans mes histoires.

Barla: merci! Normalement, je suis justement dans l'héroïque au sens pur, alors là ça change! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Blue
Adjuvant de l’Écriture
Adjuvant de l’Écriture
avatar

Masculin Messages : 982
Date d'inscription : 16/02/2010
Age : 40
Localisation : Pas-de-Calais / Côte d'Opale

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mer 1 Oct 2014 - 20:53

J'arrive un peu tard mais je viens avec une hotte de questions :

1) Pourrais-tu nous dévoiler le nom de l'éditeur auquel ta nouvelle était originellement destinée ? Que penses-tu des appels à texte tout en sachant que, si Fantasy-Editions ne t'avait pas publié, celle-ci serait restée dans l'ombre ?

2) Tu as des relecteurs (moi non mais je ne m'en porte pas plus mal). Tu expliques qu'ils corrigent tes coquilles. Et pour le reste ? Te fies-tu leur avis ? Cet avis n'outrepasse-t-il pas d'ailleurs la pensée de l'auteur ? Comment les gères-tu ?

3) Tu me sembles écrire beaucoup et avec assiduité. Alors pourquoi ne pas avoir publié un roman au lieu de retravailler cette nouvelle ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fantasy-modedemploi.fr
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mer 1 Oct 2014 - 21:20

Salut Sunny Blue

Alors pour te répondre:

1) C'était pour l'appel à textes de Aelhonnia Editions. Les appels à textes sont une assez bonne chose pour motiver ta créativité. Il y a un thème (ça par contre, je n'aime pas) et surtout une deadline à respecter. Du coup, c'est assez motivant car il y a un but temporel, en plus d'un but de création (qui reste en effet le plus important à mes yeux.) Et si Fanatsy Editons avait décliné mon offre, j'aurais été voir plus loin, tout simplement. :D

2) Oui les relecteurs, c'est juste hyper important à mon sens. Sans eux, c'est très difficile de prendre du recul par rapport à ce que tu as écrit. J'ai une "maladie", celle de manquer de confiance en ce que je fais. Je fais au mieux, mais j'ai de la peine à me juger. Du coup, mes relecteurs m'aident en ce sens. Surtout que ce sont des gens cultivés, qui ont bagage littéraire assez incroyable et qui surtout n'ont pas leur langue dans leur poche. Ils sont cash, directs et ne prennent pas de gants. Et ça, c'est une très bonne chose. Par contre, je ne fais relire que lorsque mon travail est terminé. Jamais avant. Pour répondre à ta question, je me fie autant à leur jugement que je me fie à celui de Fantasy Editions. Pour certains trucs, oui, pour d'autres, jamais! :P Un avis reste un avis. Ces avis, je les prends comme des idées fraîches, ou plutôt des propositions. Je le gère très bien, et à mon sens une fois de plus, c'est bon pour l'ego de se dire que quelque chose de bien peut venir de l'extérieur. Faut savoir mettre en sourdine son "orgueil" d'artiste, mais pas trop. A la vérité, sur la Gloire Ecarlate, c'est surtout de petits détails de forme qui ont changé. Rien dans le fond, car ce dernier m'appartient totalement.

3) Car mes romans sont en perpétuelle phase de travail. C'est maladif, une fois encore. Ils ont été lus, ils ont été appréciés, mais j'ai encore des petites choses à faire dessus. Et puis, commencer par une nouvelle, c'est bien. On goûte déjà au monde de l'édition, on prend de la bouteille... Et après? On verra. J'écris avant tout pour moi. Je sais que c'est l'avis de la plupart des écrivains en herbe, mais je tenais à le préciser. Ecrire dans le seul but de trouver un éditeur, c'est foncer dans le mur. Ecrire doit rester un besoin, et pas un objectif. :D

Voilà, j'espère avoir répondu à tes questions de manière convenable. :D
Revenir en haut Aller en bas
paulux
Petite Plume
Petite Plume


Masculin Messages : 25
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 39
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Mer 15 Oct 2014 - 5:19

J'ai lu avec beaucoup de plaisir cette nouvelle, je vous mets le commentaire que j'ai laissé :

"Un très bon texte, regorgeant de moments puissants, d'inattendus et qui jamais ne va ni à la facilité, ni à la simplicité.
Ce texte fait naître une légende, qu'on aimerait sûrement retrouver dans d'autres récits.
Quelques maladresses laissent un petit regret. Par moment, en fait, on se demande si certains événements sont crédibles ?
Je pense que cet auteur nous réservera plein de surprises. Je l'encourage en tout cas !"
Revenir en haut Aller en bas
Sarlacc
Mini rêveur
Mini rêveur
avatar

Masculin Messages : 166
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   Jeu 16 Oct 2014 - 9:40

Merci tout plein pour ton petit retour paulux! C'est sympa!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec le nouvelliste Fabrice Pittet.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Chroniques Ecarlates : la bonne nouvelle du Sarlacc
» LA MALEDICTION D'OLD HAVEN de Fabrice Colin
» décodeur TNT avec disque dur
» Problème avec W9, M6 et NRJ12
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rêve de Fantasy :: Général :: LA RUBRIQUE DES PRESCRIPTEURS ET DES AUTEURS-
Sauter vers: