Association et forum Francophone créés le 8 avril 2009 avec Comité de Lecture. Ici, les terres de l’imaginaire sont foulées par des écrivains en herbe, en devenir ! Ici, la langue française parle le fantastique ! Ici ! Votre œuvre sera lue, évaluée.
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Dim 4 Déc 2011 - 12:56

Bonjour à tous ! nous avons la joie d'accueillir ce samedi 10 décembre à 19 heures Stéphanie Sylvain l'auteur du livre intitulé Les Gokans — La beauté dans l'obscurité aux éditions Pratiko.

Elle nous fait le plaisir de répondre du Québec aux questions préétablies des membres de RdF et de partager son parcours et son rapport à l'écriture avec nous.
Un bonheur n'arrivant jamais seul, elle prendra sur son temps pour donner un éclaircissement à toutes nos interrogations légitimes, et ce le même jour une heure plus tard à 20 heures.

Dans cette attente, je vous demande de ne rien rédiger dans ce sujet.

Amicalement
Olivier.
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.


Dernière édition par olivier.lusetti le Mar 13 Déc 2011 - 0:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Dim 4 Déc 2011 - 13:09

Le destin extraordinaire d’un aveugle japonais

Parut au Québec en NOVEMBRE 2011, Les Gokans - La beauté dans l'obscurité est le premier ouvrage de Stéphanie Sylvain, une auteure d'avenir. Ce roman fantastique influencé par l'esprit asiatique se trouve à mi-chemin entre le conte philosophique et le récit d'aventure romanesque. On y raconte l’histoire de cinq êtres humains étrangers l’un à l’autre, mais dont les destins sont liés.
Les Gokans possèdent des sens décuplés d'où ils puisent une magie ancestrale. Ils se réuniront pour exaucer un voeu auprès de Kan.
Fujiko, l'Ouïe, désire être heureuse. Elle souhaitera le bonheur. Anton, le Tacte, veut simplement vivre normalement et n'avoir aucun pouvoir magique. Il voudra céder ses dons à Jacob. Jacob, le Goût, ne veut qu'avoir tout pour lui. Il suivra les enseignements de son père. Manjary, l'Odorat, souhaite pouvoir marcher de nouveau. Son corps inerte ne lui sert plus à rien. Enfin, Tetsuya, la Vue, ne désire qu'une chose : faire plaisir à Fujiko. Il fera tout pour qu'elle retrouve son sourire.


Synopsis

Tetsuya Udo n'a jamais vu le soleil se lever à la cime des cerisiers. Pourtant, alors qu'il a grandi dans l'obscurité la plus totale, son chemin croise celui d'une jeune actrice, Fujiko Ine, qui ne lui est pas invisible. Une étrange magie semble émaner de son être et réveille chez lui des facultés insoupçonnées.
Avec ténacité, l'aveugle de Nikko s'acharnera à attirer l'attention de l'actrice et finira par briser son indifférence, découvrant alors toute la détresse dans laquelle celle-ci se morfond. Lors d'une confidence, elle lui relatera les vestiges d'une légende ancienne, celle des cinq Gokans.
Il est écrit que la réunion de ces Gokans engendrerait la possibilité d'exaucer un souhait. Malheureusement, chacun d'eux entretient des espoirs qu'il désire satisfaire au détriment de ceux des autres. Réussiront-ils à trouver un terrain d'entente?
Les Gokans _ la beauté dans l'obscurité est un roman fantastique influencé par l'esprit asiatique, où la philosophie côtoie la romance. On y raconte l'histoire de cinq êtres humains étrangers les uns aux autres, mais dont les destins sont liés.


Née à Montréal, Stéphanie Sylvain a toujours possédé un talent artistique certain. Sans jamais délaisser l'écriture, elle s'est spécialisée dans le domaine du multimédia en devenant graphiste web. C'est dans ses temps libres qu'elle réussit à parfaire sa plume en participant à des concours d'écriture et des forums d'entraide. Alors qu'elle devient un membre du comité de lecture, elle achève d'un autre côté son premier roman qui se voit publier aux éditions Pratiko. Sa formation lui donne par la même occasion la possibilité de signer l'illustration de la couverture de son livre. Passionné de culture nippone, elle nous donne une belle histoire romancée, celle de Tetsuya Udo un habitant de la cité de Nikko, qui est atteint de cécité depuis sa naissance. Il va faire la rencontre d’une compatriote, actrice de son état, Fujiko Ine.

http://fr-fr.facebook.com/pages/Les-Gokans-La-beaut%C3%A9-dans-lobscurit%C3%A9/113217495451375


Stéphanie Sylvain




Montréal, le 11 octobre 2011 – La bibliothèque Langelier ouvre ses portes au public le mercredi 9 novembre 2011 de 17h00 à 20h00 à l’occasion de la sortie du premier roman d’une auteure émergente. Sous la forme d’une conférence intimiste, on vous offre la possibilité de vous immiscer dans le monde singulier du livre faisant revivre les traditions japonaises ancestrales du 18e siècle. En plus d’avoir la possibilité de vous entretenir avec l’auteure, il sera possible de vous procurer le roman en avant-première.



Le Salon du livre de Montréal

C'est pour la 33e édition du Salon du Livre de Montréal que Stéphanie Sylvain a fait son entrée dans le grand monde de la littérature. Comme autant de grands noms tels Patrick Sénécal, Marie Laberge et beaucoup d'autres, l'auteure a offert à ses premiers lecteurs deux séances de dédicaces le 17 et le 20 novembre dernier.









Où le trouver :

http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1218046&def=Gokans(Les)%2cSYLVAIN%2cST%c3%89PHANIE%2c9782922889734

Prix : 24,95 $
Catégorie : Science-fiction & Fantastique
Auteur : stéphanie sylvain
STÉPHANIE SYLVAIN
Titre : Les Gokans
Date de parution : novembre 2011
Éditeur : PRATIKO
Sujet : FANTASTIQUE-OEUVRES
ISBN : 9782922889734 (2922889734)
Référence Renaud-Bray : 220050140
No de produit : 1218046


Pour en savoir plus sur les éditions Pratiko :

http://www.pratiko.ca/
http://www.mosaiqueinter.com/index.php?k=2&n=PRATIKO&d=1

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.


Dernière édition par olivier.lusetti le Mar 13 Déc 2011 - 0:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Mar 6 Déc 2011 - 0:12

Mot de l’auteure :


Citation :
Bonjour, bonsoir ou bonne nuit tout le monde !
Je sais que plusieurs n’habitent pas du même côté de l’océan que moi alors glorifions le forum de RdF sur lequel nous pouvons échanger entre jeunes écrivains. Je m’appelle Stéphanie Sylvain, mais la plupart me connaissent sous le nom de megami5554. C’est avec une immense joie que j’ai accepté l’invitation d’Olivier pour parler de mon tout premier livre Les Gokans – La beauté dans l’obscurité publié aux Éditions Pratiko partout à travers le Québec.
Il s’agit d’un roman de genre fantastique dont l’intrigue se déroule en grande partie au pays du soleil levant. Cinq âmes en peine, les Gokans, ont la possibilité d’exaucer un vœu commun. Ils ne se connaissent pas et vivent à des kilomètres les uns des autres, mais leur vie emplie de tourments et de déceptions les rend étrangement semblables.
Tout commence lorsque Tetsuya, jeune paysan dépourvu du sens de la vision, aperçoit une aura lumineuse. Cette véritable étoile filante dans sa vie ténébreuse porte le nom de Fujiko. Ensemble, ils partiront à la recherche des Gokans avec l’espoir d’enfin connaître le bonheur.
Retrouvez-moi le 10 décembre à 19 h pour un échange en temps réel.
Stéphanie Sylvain, alias megami5554

• Si votre curiosité n’est pas encore assouvie, voici le lien vers un extrait du roman : http://www.lesgokans.com/index.php?idSection=3

• Restez au courant de l’actualité entourant le livre en joignant la communauté sur Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Les-Gokans-La-beaut%C3%A9-dans-lobscurit%C3%A9/113217495451375

• Aussi, vous pouvez dès maintenant vous procurer un exemplaire dans la plupart des librairies au Québec ou sur le web. Voici quelques liens intéressants :
http://www.archambault.ca/gokansles-ACH003014353-fr-pr
http://www.renaud-bray.com/books_product.aspx?id=1218046&def=Gokans%28Les%29%2CSYLVAIN%2CST%C3%89PHANIE%2C9782922889734
http://www.amazon.ca/Gokans-St%C3%A9phanie-Sylvain/dp/2922889734/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1322442436&sr=1-1
http://www.mosaiqueinter.com/index.php?k=2&n=PRATIKO&d=1

• Et bientôt sur :
http://www.prologuenumerique.ca/
http://www.walmart.ca/

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.


Dernière édition par olivier.lusetti le Mar 13 Déc 2011 - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Introduction à la rencontre   Sam 10 Déc 2011 - 7:04

Bonjour ou bonsoir,

Dans quelques instants débutera ma séance en tant qu'auteure invitée sur le forum de RdF. Je tiens à remercier les administrateurs, Olivier et MissCoco, pour leur invitation et à vous tous pour votre participation et votre enthousiasme. Je vais dans un premier temps répondre au questionnaire soumis puis resterez disponible pour répondre à vos interrogations personnelles. Ne soyez pas timide, il n'y a pas de questions farfelues ou inutiles.

Stéphanie Sylvain :P
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Votre rapport à l’écriture   Sam 10 Déc 2011 - 7:09

Votre rapport à l’écriture

Quand avez-vous décidé de vous plonger dans l’écriture ?

Peut-on vraiment décider d’écrire ? Personnellement, je n’ai jamais pris la décision puisque l’écriture a toujours fait partie intégrante de ma vie. La création d’un manuscrit complet relève cependant d’une décision très claire. Lorsqu’on commence un projet d’aussi longue haleine, il faut beaucoup de détermination, de persévérance et d’un brin de folie sans doute. Ce n’est pas n’importe qui qui peut s’isoler pendant des heures, à fréquences régulières très souvent, pour simplement écrire. Il s’avère que je fais partie de ce petit groupe de bonnes gens. :P

Nous imaginons que pour réussir à achever un roman, il faut être réellement passionné. Ressentez-vous l’écriture comme un besoin ?

Sans aucun doute, j’ai l’écriture dans la peau. Lorsque je n’écris pas, je pense à de nouveaux concepts, je développe des personnages et je crée des univers dans mon esprit ou sur papier. Je fais aussi très souvent des esquisses de mes personnages pour m’aider à les assimiler. En fait, ce n’est pas l’écriture qui est le besoin chez moi, c’est la création sur tous ses aspects. Et, lorsque je ne crée pas, j’admire la création des autres en lisant un livre, regardant un film ou écoutant une musique.

Quelle est votre fréquence d’écriture (tous les jours, plusieurs heures par jours, etc.) ?

Comme sûrement beaucoup d’autres, j’écris par phase. Lorsqu’une idée me vient en tête, j’accumule pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois un maximum d’informations par des recherches, des plans et des fiches descriptives de personnages. Enfin vient un temps où je ne peux plus repousser le jour fatidique du premier mot et je commence à écrire. À cette étape, tout dépend de la quantité du travail à effectuer. Dans le cas d’un roman, c’est un véritable marathon. Il faut être méthodique, constant et avancer lentement, mais sûrement pour éviter de manquer de souffle avant la fin du parcours. Pour Les Gokans, j’écrivais pour ainsi dire chaque jour, le soir en rentrant de l’école puis du travail à coup de 1 h ou 2 h par soir en fonction de l’inspiration du moment. Parfois, sans avoir d’idées, il faut tout de même se pousser à écrire au même titre qu’il faut savoir s’arrêter pour relire à tête reposée le lendemain.

D’où tirez-vous votre inspiration (promenades, lectures, cinéma, etc.) ?

En fait, mon inspiration me vient de tout ce que j’ai acquis jusqu’ici : mes connaissances personnelles, mes passions, mes valeurs. La musique est pour moi un grand outil d’inspiration également en particulier la musique instrumentale. En tant que cinéphile, le 7e art est aussi une corde à mon arc. Parfois, une seule scène ou une atmosphère particulière peut devenir le début d’une histoire. Aussi, certaines situations et certaines personnes de mon entourage sont si rocambolesques qu’ils m’inspirent quelques répliques également.

Avez-vous toujours écrit de la fantasy ? Écrivez-vous uniquement cela ?

Mon premier roman publié, Les Gokans, est une fiction de genre fantastique c’est-à-dire que j’ai ajouté au monde réel des éléments imaginaires. Mon premier roman achevé, mais non publié était de la fantasy. J’adore changer d’approche dès que possible. Pour moi, les fictions que je raconte et les messages véhiculés importent le plus; le style n’est qu’un support permettant d’enrichir ce qui est déjà présent. Je me permettre donc de piger dans plusieurs styles. D’ailleurs, mon nouveau projet d’écriture sera un polar de science-fiction. Impossible de me caser dans une classe prédéfinie d’auteurs. :P Je crois aussi que de faire toujours la même chose nous empêche de progresser.

Écrivez-vous votre premier jet à la main ou préférez-vous travailler directement à l’ordinateur ?


Moi, écrire à la main ? Non seulement ça donne quelque chose d’affreux, de douloureux, mais c’est impossible à relire par la suite. J’écris parfois sur papier des idées, essentiellement mes brainstormings, les résultats de mes recherches et les fiches descriptives de mes personnages. C’est à peu près tout.

Utilisez-vous un logiciel d’aide à l’écriture, correcteur ou autre ?

Oh ! mon français n’est vraiment pas terrible. Certes, l’écriture m’a beaucoup aidé, mais pas assez pour me permettre de ne plus utiliser des correcteurs. Dans un premier temps, j’utilise le correcteur de Word, malgré qu’on ne puisse pas toujours s’y fier. J’utilise également le magnifique logiciel de Druide nommé Antidote.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: L’écriture   Sam 10 Déc 2011 - 7:20

L’écriture

Quand est née pour la première fois l’idée d’écrire un roman en entier ?

L’idée d’écrire un roman a toujours germé dans mon esprit. Par son ampleur, je crois qu’il s’agit de l’ultime consécration d’un écrivain. Certes, un poème est touchant, une nouvelle est divertissante, mais un roman est la possibilité de raconter d’un bout à l’autre une aventure complexe.

Avez-vous rapidement eu une idée claire du scénario ou s’est-il mis en place à mesure ?

Je ne devrais peut-être pas dire ce petit secret, mais je me lance tout de même : je ne fais jamais de plan. Du moins, pas par écrit. Le fait de savoir exactement ce qui va se passer me coupe complètement l’inspiration et l’envie d’écrire. Lorsque j’écris, j’ai une vague idée du chapitre, mais sans plus. Et je ne sais surtout pas ce que le prochain chapitre me réserve. Pour Les Gokans, le scénario était relativement clair dans mon esprit. Je savais ce que je voulais dire, comment tout allait commencer et se terminer. Pour le reste, c’est de l’improvisation pure. De cette méthode, il en résulte beaucoup de plaisir… et énormément de réécriture. J’ai un esprit assez cohérent en règle générale, mais il est évident que ma méthode n’est pas parfaite et qu’il en résulte des problèmes de logiques. Outre cela, c’est la méthode qui me donne le plus de plaisir.

Avez-vous écrit une trame très précise, un résumé ? Si oui, ce premier travail s’est-il fait avant la rédaction proprement dite ou simultanément ?

Comme je l’ai dit plus haut, je n’utilise ni plan ni résumé, du moins pas par écrit. Il m’est arrivé cependant de bloquer sur des chapitres plus complexes où les intrigues s’entremêlaient. À ce moment, je n’avais d’autres choix que d’arrêter ma musique pendant un temps, de barbouiller sur une feuille les points à ne pas oublier et de me concentrer pour écrire. Autrement, tous les synopsis – souvent utilisés pour la présentation devant un comité de lecture – ont été écrits une fois le livre presque terminé.

Combien de temps vous a-t-il fallu, de la première phrase à la dernière page, pour écrire votre œuvre ?

La question est un peu gênante à dire vrai. L’écriture est pour moi un passe-temps. Aussi, j’ai dit plus haut que j’écrivais par phases. Il m’est effectivement arrivé quelques fois de faire des pauses de quelques mois pour me permettre de me vider l’esprit et de relire avec des yeux neufs.

Après une première tentative de publication en vain, je retrouve le courage de tenter de nouveau ma chance à 17 ans. Trois ans plus tard, avec beaucoup de travail, de réécriture, de périodes d’acharnement puis de découragement, voilà qu’un second roman est né de mon esprit déluré. Il me faudra encore 1 an avant de trouver chaussure à mon pied, mais un éditeur finira par me dire la réponse tant espérée : « C’est oui ! ».

Avez-vous corrigé votre travail au fur et à mesure ou une fois la rédaction terminée ? À ce titre, combien de temps vous a pris le travail de réécriture, correction ? Cette correction a-t-elle été compliquée ? Avez-vous eu recours à des bêta-lecteurs ?

J’ai évidemment corrigé mon manuscrit au fur à mesure sinon c’est un travail sans fin. Lorsque j’interromps mon écriture et que je la reprends plus tard – souvent le lendemain –, il devient essentiel de relire les derniers passages écrits autant pour se remettre en selle que pour corriger les erreurs les plus évidentes.

Le travail de réécriture s’est fait plus particulièrement lorsque j’ai décidé d’ancrer mon histoire dans le monde réel. Auparavant, aucun lieu spécifique n’était mentionné, ni année définie. Le lieu narratif manquait donc énormément de profondeur. Il s’agit probablement du changement qui m’a demandé le plus de travail.

Les membres du Forum de RdF et son comité de lecture m’ont sans aucun doute beaucoup aidé à avancer. Dans mon entourage, j’ai aussi déniché une dizaine de personnes qui m’ont aidé à avancer avec leurs commentaires constructifs. En tant qu’écrivains en herbe, la meilleure chose que je peux vous souhaiter c’est d’avoir des amis aussi critiques que les miens. ;)

Avez-vous douté durant votre travail ? Si oui, comment avez-vous réussi à retrouver confiance ?

Évidemment, j’ai douté. Seuls ma famille proche et mes amis connaissaient mon projet de publication. Mon propre père n’a jamais su de quoi parlait mon roman avant qu’il ne soit publié. L’écriture d’un roman est un projet d’abord personnel où l’on ignore totalement la possibilité de son côté « publiable » surtout au début. Lorsque nous osons franchir la barrière de notre petit monde et que nous envoyons notre manuscrit à des inconnus, nous tentons tous tant bien que mal de nous construire un bouclier aux réponses négatives. C’est lorsque les lettres de refus s’enchaînent que l’égo en prend un coup. Je pense qu’il s’agit du moment où l’on doute le plus de son travail et même de son talent. Mais il ne faut pas se faire d’illusion, tant de livres sont soumis aux éditions chaque année et pourtant si peu de jeunes auteurs sont publiés parmi eux.

Nous supposons qu’il faut organiser correctement son temps pour aller au bout d’un travail de si longue haleine. Comment avez-vous concilié vie professionnelle, familiale et le temps nécessaire à l’élaboration de votre œuvre ?

Ceux qui me connaissent diront que je suis un bourreau de travail naturel. Alors que j’étais toujours à l’école, les études passaient en premier évidemment. Je vivais encore chez mes parents à l’époque et mes responsabilités se résumaient à obtenir de bonnes notes. N’étant pas pour le moins du monde un oiseau de nuit, je devais me contenter souvent d’une heure par soir d’écriture. Le fait de travailler à temps plein désormais me libère un peu plus de temps, mais sans plus.

Comment arrivez-vous à maintenir la distance nécessaire pour garder votre esprit critique par rapport à ce que vous écrivez ?

C’est la question que tout artiste se pose. En fait, il s’agit avec la pratique de se mettre parfois dans un « mode critique » où l’on s’efforce à douter de tout. Le fait de laisser reposer son œuvre pendant quelques jours permet aussi de le voir sous un nouveau jour. J’arrive difficilement à évaluer moi-même mon travail et d’apposer le terme « Bon » ou « Mauvais » sur ce dernier. Je sais que d’autres en sont capables sans comprendre comment ils s’y prennent. Heureusement, je développe tranquillement une sorte d’intuition me permettant de différencier l’exécrable du chef-d’œuvre.

Quels sont les passages que vous avez préféré rédiger ? Quels ont été les plus ardus à écrire ?

Je n’ai pas véritablement de passage préféré. Il est vrai que je suis assez fière de quelques-uns et, avec du recul, je les relis en me demandant « c’est vraiment moi qui ait écrit ça ? ».

Les passages les plus ardus apparaissent un peu partout à l’intérieur du livre. Le fait de retrouver un narrateur autodiégétique qui est dépourvu de la vision rend les descriptions difficiles, voire impossibles, par moment. Il est certain que j’ai dû travailler très fort pour relever ce défi.

La séparation et l’organisation de vos chapitres se sont-elles faites naturellement ou avez-vous dû les retravailler ?

J’ai souvent tenté de me documenter à savoir s’il y avait une règle non écrite quant au découpage d’un roman en chapitres. Résultat : la seule règle à ce sujet est qu’il n’y a pas de règle. Chacun procède à sa façon. Certains styles d’histoires exigent par contre un certain découpage soit par des changements de lieux ou de personnages fréquents. Dans mon cas, j’ai suivi mon instinct si on peut dire ça ainsi.

Le sentiment de satisfaction doit être immense lorsque l’on achève une telle entreprise. Pouvez-vous nous le décrire ?

Oh ! je ne crois pas qu’il y ait de mots pour le définir. L’idée d’avoir atteint la publication me parait comme le summum de la satisfaction. Disons que je suis en tout point comblée en ce moment.

Sans bien sûr nous dévoiler l’intrigue, quel (s) moment (s) préférez-vous dans votre œuvre ?

La fin me fait chaque fois retombée dans une nostalgie inexplicable lorsque je la relis. Autrement, un passage particulièrement envoûtant qui décrit la rencontre entre Tetsuya et Fujiko me rend très fière.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: À la recherche d’un éditeur   Sam 10 Déc 2011 - 7:25

À la recherche d’un éditeur

S’agissait-il de votre premier tapuscrit envoyé ou avez-vous d’autres écrits n’ayant pas trouvé preneurs ?

Les Gokans est mon deuxième roman envoyé. Le premier, un roman de fantasy, n’a pas été édité malheureusement. Son écriture s’est faite alors que j’étais encore dans l’adolescence et donc inexpérimentée. Mais tout ce que j’ai acquis avec la conception de ce premier tapuscrit m’a été utile pour le suivant.

Avant de chercher un éditeur pour ce roman, avez-vous fait paraître des nouvelles ? Si oui, sous quelle forme ? Recueil, anthologie, revues, webzine... ?

J’ai quelques nouvelles qui ont été soumises à des revues littéraires, mais aucune n’a suscité un intérêt prononcé.

Que pensez-vous, à ce titre, de la nouvelle, notamment sur le côté formateur qu'elle peut avoir pour un écrivain novice ?

L’avantage de la nouvelle est qu’elle est plutôt courte et plus rapide à écrire qu’un roman. Pourtant, je crois qu’il est plus difficile d’écrire une bonne nouvelle qu’un bon livre. C’est que l’intrigue y est si compressée. Tout se passe en accélérer et il ne faut surtout pas perdre le lecteur en cours de route. Il est impossible de s’éterniser sur les détails et, en plus, le format traditionnel veut qu’elle se termine par une chute qui surprend le lecteur.

Comment avez-vous su que votre roman était achevé, que vous ne pouviez plus l’améliorer, qu’il était temps de l’envoyer ?

C’est une bonne question. En fait, je n’ai jamais été véritablement certaine. Perfectionniste comme je suis, je pourrais très certainement passer un an de trop à me relire maladivement, restructurer mes phrases déjà très bien et vérifier la cohérence des dates et les anachronismes à l’infini. En fait, j’ai su qu’il était temps de l’envoyer alors que, même si des paragraphes complets étaient gravés dans ma mémoire, j’arrivais tout de même par moment à être absorbée par l’intrigue ou émue. Il me fut alors possible d’accumuler assez de courage pour poster mon livre à de purs inconnus.

À combien d’éditeurs l’avez-vous envoyé ?

Au cours de l’année 2010 et 2011, j’ai envoyé mon manuscrit à 40 éditeurs, dont une édition française. Heureusement, la plupart d’entre eux acceptaient l’envoi numérique ce qui est bien moins coûteux, vous en conviendrez.

À partir de ce moment commence l’attente d’une réponse. Pouvez-vous nous décrire ce que l’on ressent ?

Il s’agit d’une période terriblement difficile. L’attente est très exigeante, mais assurément normale si on veut être lu. Lorsque les jours, puis les semaines se succèdent, j’en suis venue à oublier ma situation. La peur constante de recevoir une lettre de refus est également inévitable et on préfèrerait sur le coup être laissée dans l’ignorance.

Aviez-vous des liens personnels ou professionnels ayant pu appuyer votre tapuscrit auprès des maisons d’édition ?

J’avais découvert dans ma recherche d’éditeurs un certain Guillaume Houles et son édition Les Six Brumes. J’ai tenté à plusieurs reprises d’établir un contact avec ce dernier pour lui parler de mon roman et pour lui démontrer ma bonne foi, mais le tout ne s’est jamais vraiment déroulé comme espéré. Un beau jour, son édition s’est mise à la recherche de gens pour faire partie de son comité de lecture. J’ai aussitôt posé ma candidature et, même si aucune de mes publications n’a vu le jour chez eux, j’ai quand même acquis beaucoup d’expérience à analyser les tapuscrits des autres en développant mon esprit critique.

Au bout de combien de temps avez-vous reçu une réponse ? Toutes les maisons vous ont-elles répondu ? Combien ont répondu à la négative avant de recevoir un accord ?

Beaucoup de maisons d’édition ne m’ont jamais donné signe de vie. 2 maisons d’édition ont répondu positivement pour Les Gokans, 1 est restée incertaine, 21 ont répondu à la négative et 16 ne m’ont jamais donné leur réponse.

J’ai eu effectivement beaucoup de difficulté à trouver un éditeur, car mon livre est, disons-le, difficilement classable. Les éditeurs de littérature pour adulte le trouvent trop jeune et inversement. Les éditeurs de l’imaginaire le classent difficilement dans un genre en particulier, car il ne correspond pas réellement aux standards du milieu. Par contre, les éditeurs de littérature générale l’apprécient, mais restent hésitants face au côté imaginaire de la chose. Difficile d’avancer dans cette situation.

Combien ont validé votre tapuscrit ? S’il y en a plusieurs, pourquoi avoir choisi votre éditeur actuel ?

Parmi les trois éditions qui voulaient en savoir davantage sur moi et mon manuscrit, tous m’ont contactée pour éclaircir leurs intentions. Le premier éditeur était incertain et se demandait si une nouvelle collection pouvait être créée pour inclure mon manuscrit. La deuxième édition s’est révélée une édition à compte d’auteur, j’ai donc tout de suite fait un pas en retrait. Le dernier éditeur, mon éditeur actuel (éditions Pratiko) m’a donné sa réponse en deux semaines. Je n’ai donc pas hésité plus longtemps et choisis l’option la plus sûre.

Pour parler plus particulièrement de votre actuel éditeur que je vous laisse citer, au bout de combien de temps celui-ci vous a-t-il répondu?

Alors que j’avais envoyé mon manuscrit la veille, l’éditeur lui-même a pris la peine de me contacter pour me poser plus de questions sur le livre. Du même coup, il m’a avoué qu’il l’avait presque terminé alors qu’il avait l’intention de lire simplement le premier chapitre. Mon histoire l’avait absorbé d’un coup. Suivant tout de même le processus habituel, il a laissé mon manuscrit entre les mains de son comité de lecture. Deux niveaux de comité sont habituellement nécessaires pour l’évaluation d’un roman, mais mon livre a passé à l’unanimité au premier niveau du comité. Ainsi, mon éditeur, Jacques Larouche, a décidé de publier mon livre avec une grande confiance en escamotant quelques étapes d’usage. En deux semaines, je savais que j’allais être publié chez Pratiko.

Votre éditeur a-t-il directement validé votre œuvre ou s'est-il d’abord montré sceptique ?

Comme mentionné plus tôt, il a préféré attendre l’avis de son comité de lecture, mais le tout s’est conclu très rapidement. Il n’y a eu aucune hésitation sur le projet.

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez reçu la réponse positive de votre éditeur ?

Je crois que cela a été la plus belle journée de toute ma vie et que, même si le temps était maussade, que ma journée au travail se déroulait de travers et qu’un début de rhume irritait ma gorge, j’étais la femme la plus heureuse du monde à cet instant précis. Pourtant, très longtemps je suis restée sceptique, refusant d’y croire tout à fait même après la signature du contrat. Ce n’est que lorsque j’ai eu la preuve tangible que j’ai commencé à accepter le fait que j’avais accompli quelque chose d’énorme.


Dernière édition par Stéphanie.Sylvain le Sam 10 Déc 2011 - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: De l’acceptation à la parution   Sam 10 Déc 2011 - 7:27

De l’acceptation à la parution

Votre éditeur vous a certainement demandé un certain travail de correction sur votre œuvre. Était-il conséquent ? Vous a-t-on obligé à modifier des passages que vous teniez à garder ?

Dès le départ, mon éditeur m’a fait comprendre que l’essentiel était présent dans la version du tapuscrit que je lui avais soumis. Pour lui, rien ne devait être changé, mais il préférait consulter son comité de lecture pour la suite. Les corrections se sont résumées à couper certaines longueurs et à rendre plus palpitant et complexe un passage en particulier. Tous les changements étaient laissés à ma discrétion et, comme je voulais rendre ce livre encore meilleur, j’ai suivi tous les conseils proposés.

Vous a-t-on demandé de terminer le second tome avant de publier le premier ?

En fait, mon roman n’est pas une série au départ alors non. Mon contrat d’édition ne comprend aucune clause me forçant à écrire d’autre roman pour mon éditeur actuel. Comme les éditions Pratiko ne publient que 3 ou 4 romans par année, mon éditeur ne se permettre pas d’enchaîner ses auteurs avec ce genre de conditions. Mon éditeur a toutefois démontré un intérêt certain à participer à l’édition de mon prochain manuscrit.

Avez-vous pu discuter à bâtons rompus avec votre maison d'édition, ou était-ce « à prendre ou à laisser » ?

Je ne connais pas l’expression « à bâtons rompus » désolée. Si je comprends bien la question, j’ai pu discuter avec mon éditeur en tête-à-tête et peser le pour et le contre de chaque changement à apporter. Comme il est inscrit sur mon contrat, j’ai le dernier mot sur tout. Bien sûr, je suis restée attentive à toutes les suggestions, car après tout son expérience du métier et sa connaissance du marché sont bien plus poussés que les miens.

Avez-vous participé à la fabrication de la maquette de votre livre ? Si oui, votre avis était-il principal ou seulement secondaire ?

J’ai été en premier plan pour la création de la couverture puisque c’est moi qui l’ai réalisée. J’ai offert avec la signature du contrat mes services de graphiste, car, après tout, il s’agit de mon métier. Les Éditions Pratiko ont eu la gentillesse de me verser le cachet habituel pour mon travail. J’ai fait plusieurs propositions à mon éditeur, mais c’est lui qui a eu le dernier mot.

Au final, combien de temps s’est écoulé entre le début de l’écriture de votre livre et sa parution ?

En fait, le processus de parution s’est fait en 5 mois. Au total, environ quatre ans et demi ont été nécessaires pour que mon projet d’écriture soit disponible en librairie.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: La promotion   Sam 10 Déc 2011 - 7:31

La promotion

Votre maison d'édition dit le plus grand bien de votre écriture. Pouvez-vous nous éclairer à ce sujet ?

Drôle de question que celle-ci. Mon écriture est plus ou moins relevée. Par moment poétique, toujours mélodieuse, je fais vivre la langue française en faisant preuve d’une attention toute particulière à la sonorité des mots. J’utilise aussi une grande quantité de dialogues laissant s’exprimer la personnalité de chaque personnage.

Si vous avez une activité professionnelle, la promotion ne vous prend-elle pas trop de temps ? La disponibilité dont vous devez faire preuve n’est-elle pas trop contraignante ?

Il est parfois difficile de conjuguer promotion et vie de travail. Je travaille en tant que designer web et souhaite éviter le plus possible que ma carrière d’auteure n’empiète sur celle-ci puisqu’il s’agit d’une source de revenus sûre pour moi. Heureusement, mon patron est très compréhensif et les quelques fois où je dois m’absenter plus tôt ne posent pas trop de problème.

Avez-vous déjà participé à des salons en tant qu’auteur ? Si oui, qu’en retenez-vous ? Redoutez-vous le regard du public vis-à-vis de votre œuvre ? Ne craignez-vous pas qu'il n'adhère pas à l'univers que vous leur proposez ?

J’ai eu la chance d’organiser un lancement lors de la sortie de mon livre le 9 novembre dernier. Contrairement à ce qu’on peut penser, beaucoup d’auteurs ne passent pas par cette étape. J’ai aussi pu offrir deux séances de dédicaces au Salon du Livre de Montréal les 17 et 20 novembre. Voilà toutes des expériences uniques et très certainement gratifiantes. L’occasion rêvée de faire connaître mon talent caché à toute ma famille, mes amis et à la face du monde.

Il m’arrive trop souvent de douter de mon travail et de ressentir le besoin constant d’être encouragée. J’ai donc évidemment une certaine crainte face au grand public qui ne se sentira pas obligé de m’épargner dans ses critiques.

De combien d’exemplaires sera constitué le premier tirage de votre roman ? Une fois tous vos romans écoulés, votre maison d’édition procédera-t-elle à de nouvelles fournées ?

Les Gokans aura un tirage partout au Québec de 1500 exemplaires. Évidemment, le marché québécois est sans doute beaucoup plus restreint que celui de la France. À ce que je sache, ce tirage correspond à une bonne moyenne pour un premier livre. Néanmoins, s’il arrive que toutes les copies soient vendues, les Éditions Pratiko se tiennent prêtes à appuyer de nouveau sur le bouton de la presse.

Êtes-vous satisfait des lieux de ventes où l’on peut se procurer votre livre ?

Mon roman est disponible dans les grandes librairies québécoises telles Archambault et Renaud-Bray ainsi qu’au Wal-Mart et à plus de 100 librairies régionales. Je suis donc amplement satisfaite de sa distribution.

Pensez-vous apporter quelque chose de nouveau dans la littérature de l’imaginaire ?

Il est certain que j’espère avoir apporté ma touche personnelle à la littérature de l’imaginaire. Le fait que je m’efforce constamment à bafouer quelques règles sur les standards établis rend mes histoires plutôt originales. Mon approche est davantage concentrée sur les personnages et leurs interactions mettant l’imaginaire au second plan. Voilà ce qui rend mes œuvres accessibles à un large public.

En conclusion et en quelques mots, que pourriez-vous nous dire pour nous donner envie de découvrir votre œuvre ?

Que feriez-vous si on vous offrait la possibilité d'exaucer un vœu et ce, peu importe ce qu'il en coûterait? Une seule condition vous est imposée : ce vœu devra être partagé par quatre autres personnes dont vous ignorez tout. Comment allez-vous les convaincre que votre désir pèse plus dans la balance? Voici le dilemme avec lequel les Gokans sont confrontés, siècle après siècle. En 1918, dans une petite ville du Japon, Tetsuya Udo est loin d'imaginer qu'il devra se poser de telles questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 7:37

Je crois que j'ai donné toute la gomme :P . Je vous laisse maintenant le temps de me lire. Si vous voulez des éclaircissements ou qu'une de mes réponses vous a fait penser à une autre question, n'hésitez pas. La littérature québécoise et son marché vous sont peut-être inconnus. Je vais tentez de répondre au meilleur de mes connaissances si voulez en savoir plus à ce sujet.

Je vous laisse la parole.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Solon
Adjuvant de l’Écriture
Adjuvant de l’Écriture
avatar

Masculin Messages : 1733
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 28
Localisation : Dans les méandres de l'inconscient de mes personnages...

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:07

Bonsoir Stéphanie Sylvain, et merci beaucoup d'accepter l'invitation de RdF !

Vous avez compris le sens général de l'expression "à bâtons rompus" :). Ca me fait d'ailleurs penser à une question : vous êtes québécoise, or chacun sait qu'il existe quelques variantes entre le français de France et celui du Québec. Utilisez-vous des expressions régionales dans votre travail, ou vous contraignez-vous à un français, disons, international, qui puisse être intégralement compris dans tous les pays francophones ?
Vous savez sûrement que les artistes Québecois sont très appréciés en France, surtout en musique et humour, mais pourquoi pas en littérature ? A ce titre, est-il prévu une extension de l'édition en France, Suisse, Belgique, si votre roman trouve son public au Québec ?

Antoine Albalat, qui fut un professeur de littérature spécialisé dans le travail du style au début du XX°s, a étudié les travaux de réécriture des auteurs de l'époque. Vous avez déjà expliqué votre fonctionnement quant à la réécriture du fond, mais J'aimerais aborder ce thème à propos de la forme : Est-ce que vos phrases sont beaucoup retravaillées ou les laissez-vous souvent en l'état du premier jet ? Pensez-vous que ce gros travail sur le style soit indispensable, bénéfique, inutile, délétère ? Avez-vous des astuces à partager pour "cacher" vos efforts de réécriture au lecteur, pour qu'il ait l'impression de lire un texte de première inspiration, pour qu'il ne voit pas les ficelles du travail de l'auteur ?

Dans la même veine, les éditeurs de l'imaginaire sont souvent très difficiles sur l'histoire, mais moins regardants sur la qualité intrinsèque de l'écriture de leurs auteurs. Avez-vous eu des discussions sur ce second point avec votre éditeur ? Quelle était son point de vue sur la question ?

Enfin, il y a un message d'espoir que certains du forum sauront apprécier dans vos réponses : on peut être en dehors des standards et quand même trouver un éditeur ! En cela, votre édition doit posséder un goût encore plus agréable !

Merci encore, et merci d'avance pour vos réponses !

Solon

_________________
[#]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.construirelavenir.AuDomicile.com
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:29

Bonjour Stéphanie Sylvain, merci d’être venue ici, un grand bravo pour ton édition.
Ma première question est la suivante :
Je présume que tu as dû approcher des maisons d’éditions françaises et assurément québécoises ; as-tu le sentiment d’une différence dans le traitement de ton écrit, suivant la nationalité de la maison d’édition ? Durée de réponses, refus détaillé ou autres.

Amicalement
Olivier.
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:31

Ton parcours est jalonné de rencontres et tu prouves que l’on avance à plusieurs. Et tout comme Solon je citerai Albalat qui dit : « La marque du talent réside dans le plus ou moins d’aptitude à saisir les défauts qu’on vous signale. »
Ma question est la suivante. Qu'est-ce que le comité de lecture de RdF, — à la suite de ta soumission de ton manuscrit d’alors —, t'a-t-il apporté ?

Amicalement
Olivier
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:37

En dehors de l’aspect divertissant de ton œuvre, as-tu voulu instruire tes lecteurs sur des domaines particuliers, ou les amener dans le sentier de certaines réflexions ?

Amicalement
Olivier
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:42

Bonsoir Solon et merci pour vos nombreuses questions toutes plus pertinentes les unes que les autres.


Citation :
vous êtes québécoise, or chacun sait qu'il existe quelques variantes entre le français de France et celui du Québec. Utilisez-vous des expressions régionales dans votre travail, ou vous contraignez-vous à un français, disons, international, qui puisse être intégralement compris dans tous les pays francophones ?

Premièrement, le niveau de langage utilisé est toujours un choix autant dans la narration que dans les dialogues. Pour ma part, le jargon québécois est immanquablement utilisé si le lieu de la narration est le Québec ou si un personnage possède cette nationalité. Dans le cas de mon roman, le protagoniste qui est à la fois narrateur de son histoire est d'origine japonaise. Son vocabulaire est riche et surtout teinté de sa propre culture. Évidemment, le français du Québec est ma langue maternelle et certaines expressions régionales sont tellement ancrées en moi qu'il peut m'arriver parfois de penser qu'il s'agit d'expressions internationales. On peut toujours se faire prendre à ce jeu. De plus, contrairement au reste de la francophonie qui a entendu plus d'une fois l'accent dit 'international' des films américains doublés en France, l'inverse n'est pas toujours le cas. Heureusement, la différence reste plus flagrante à l'oral qu'à l'écrit pour ce qui est du français québécois.


Citation :
Vous savez sûrement que les artistes Québecois sont très appréciés en France, surtout en musique et humour, mais pourquoi pas en littérature ? A ce titre, est-il prévu une extension de l'édition en France, Suisse, Belgique, si votre roman trouve son public au Québec ?

Le livre est encore en distribution au Québec. Mon éditeur a toutefois pris l'initiative d'envoyer Les Gokans à des éditeurs partenaires en France et en Suisse. Je suis toujours en attente de ce côté. Je ne pense pas que le livre nécessitera une adaptation au français européen.

Citation :
Dans la même veine, les éditeurs de l'imaginaire sont souvent très difficiles sur l'histoire, mais moins regardants sur la qualité intrinsèque de l'écriture de leurs auteurs. Avez-vous eu des discussions sur ce second point avec votre éditeur ? Quelle était son point de vue sur la question ?

Vous avez peut-être raison à ce sujet. Ayant été membre d'un comité de lecture pour une édition publiant de l'imaginaire, j'ai souvent constaté que les manuscrits envoyés manquaient de fond ou constituaient une copie conforme à des Best-sellers. Mon éditeur actuel, Éditions Pratiko, n'est pas spécialisé dans aucun genre en particulier. Ils fonctionnent par coups de cœur. De ce fait, ses critères sont assez différents des éditions exclusives à la littérature de l'imaginaire. Pour moi, le fond est toujours priorisé sur la forme et c'est ce qui rend mes textes si différents de la littérature de l'imaginaire commerciale. En effet, il s'agit à la fois d'un avantage et d'un désavantage.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 8:58

À l’une de nos questions tu réponds :

Citation :
Un beau jour, son édition s’est mise à la recherche de gens pour faire partie de son comité de lecture. J’ai aussitôt posé ma candidature et, même si aucune de mes publications n’a vu le jour chez eux, j’ai quand même acquis beaucoup d’expérience à analyser les tapuscrits des autres en développant mon esprit critique.

Mes questions sont les suivantes :

Que t’apprend cette expérience ?
T’était-il difficile de donner un avis négatif alors que toi-même tu vivais l’expérience de tenter l’édition.
Le fait d’être éditée, a-t-il aiguisé ton sens critique si oui en quoi ?

Amicalement
Olivier
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 9:01

À l’une de nos questions tu réponds :
Citation :
Les Gokans est mon deuxième roman publié. Le premier, un roman de fantasy, n’a pas été édité malheureusement.

Mes deux dernières questions du jour :
Penses-tu, mesurer à l’aune de ton expérience littéraire que ce roman est dans l’état prêt pour l’édition ? Si, non pourquoi ? Penses-tu que tout roman peut être édité à force de travail ou bien doit-on abandonner certains projets. Si oui lesquels ?

Encore bravo pour ton édition et la réalisation de ta couverture, j’espère bientôt te lire.
Amicalement
Olivier.
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 9:08

Bonjour Olivier,

alors je tente de répondre à tes questions.

Citation :
En dehors de l’aspect divertissant de ton œuvre, as-tu voulu instruire tes lecteurs sur des domaines particuliers, ou les amener dans le sentier de certaines réflexions ?

Que je suis heureuse que tu me poses cette question! Mais c'est exactement ce pour quoi j'écris. Écrire me donne l'occasion de partager mes passions, mes connaissances et mes réflexions. Je démarre très souvent un texte par une question. Pour Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, j'avais l'intention secrète d'à la fois divertir les lecteurs en plus de les amener à réfléchir sur leur bien-être personnel. Plusieurs questions philosophiques sont posées au cours du récit. Les personnages s'interrogent sur leur vie, sur leur avenir et ils grandissent de leur expérience. Aussi, ma passion dévorante pour le Japon a été utile pour la crédibilité du texte. Il ne s'agit pas du tout d'un roman historique ou d'un récit de voyage, néanmoins il donne l'occasion d'être transporté ailleurs; dans un univers pas si loin d'ici et pourtant nous paraissant imaginaire. Pas besoin d'univers magiques pour se faire. :P

Citation :
Ton parcours est jalonné de rencontres et tu prouves que l’on avance à plusieurs. Et tout comme Solon je citerai Albalat qui dit : « La marque du talent réside dans le plus ou moins d’aptitude à saisir les défauts qu’on vous signale. »
Ma question est la suivante. Qu'est-ce que le comité de lecture de RdF, — à la suite de ta soumission de ton manuscrit d’alors —, t'a-t-il apporté?


Contrairement à ce l'effet que provoque autour de moi le fait de dire qu'on a un livre publié à son actif, je ne possède pas le savoir absolue, un français redoutable ou une inspiration à toute épreuve. Chaque ré-écriture s'est fait surtout par l'intervention d'un lecteur de mon entourage qui a su me faire une critique constructive de mon roman encore à l'état de manuscrit. En outre, le fait d'avoir eut la chance d'être lu par de purs étrangers ne devait pas être ignoré. Le travail de moine du comité de lecture a su me pousser de mon inertie et à faire un autre pas en avant. Son intervention a su confirmer quelques-unes de mes craintes et m'a encouragé à continuer mon travail.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 9:38

Re-bonjour Olivier,

je crois que j'ai oublié quelques-unes de tes questions. Je ne suis pas très rapide sur la gâchette. :P


Citation :
Je présume que tu as dû approcher des maisons d’éditions françaises et assurément québécoises ; as-tu le sentiment d’une différence dans le traitement de ton écrit, suivant la nationalité de la maison d’édition ? Durée de réponses, refus détaillé ou autres.

En effet, j'ai approché une maison édition française. J'ai cru constater que le délai de réponse était encore plus astronomique que pour les éditions québécoises. Je ne pense pas toutefois que ma nationalité est influencée sur le choix du comité de lecture... du moins, j'espère que non. Bien sûr, la publication au Québec était préférable autant pour que mes proches puissent se procurer des copies que pour recevoir mon dû en dollars canadiens. La promotion est aussi bien plus facile.

Citation :
Penses-tu, mesurer à l’aune de ton expérience littéraire que ce roman est dans l’état prêt pour l’édition ? Si, non pourquoi ? Penses-tu que tout roman peut être édité à force de travail ou bien doit-on abandonner certains projets. Si oui lesquels ?

Pour ce qui est de mon premier roman non publié, il me faudrait le relire aujourd'hui pour en juger. Je ne serais toutefois pas étonnée de constater que mon texte était mal structuré et rempli de fautes. Pendant l'écriture même du livre Les Gokans, mon français et mes facultés à créer des intrigues s'est améliorés de façon exponentielle.

Citation :
Que t’apprend cette expérience ?
T’était-il difficile de donner un avis négatif alors que toi-même tu vivais l’expérience de tenter l’édition.
Le fait d’être éditée, a-t-il aiguisé ton sens critique si oui en quoi ?

En tant que membre d'un comité de lecture, j'ai dû développer un 'mode' critique impartial. Il est toujours difficile de juger de l’œuvre de quelqu'un et de lui en faire part. Aussi, lorsque le style ou le sujet nous déplait, il faut savoir passer outre nos goûts. J'ai remplis un bon nombre de rapport de lecture, mais j'ai fait mes débuts sur ce forum bien entendu. Il est toutefois bien plus facile de remplir un rapport qui ne sera pas lu directement par l'auteur. Aucune censure n'est de mise en ce sens.

Je n'ai pas vraiment eu de difficulté à séparer ma recherche d'éditeurs d'avec mon travail de lecteur. Il faut à tout prix éviter de se mettre dans la position de l'auteur qui reçoit sa lettre de refus ou sinon il est impossible d'être objectif.

Me faire éditer n'a en soi rien changé à mon sens critique. C'est toutefois un baume sur le cœur pour la confiance en soi.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Sam 10 Déc 2011 - 10:31

Merci pour toutes vos questions. Je crois qu'il se fait tard de votre côté de l'océan. Je serai présente sur le forum demain le 11 en soirée si vous avez d'autres questions pour moi.

Stéphanie Sylvain
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
MissCoco
Conseillère
Conseillère
avatar

Féminin Messages : 1453
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Dim 11 Déc 2011 - 6:35

Félicitations Stéphanie !
Te voir revenir en tant qu'auteur, et non plus écrivaine en herbe, me comble de joie. Tu es rayonnante sur les photos. Un premier tirage à 1500 exemplaire... OMG :clap:
La couverture illustre très bien ton roman, c'est exactement ça. Enfin, c'est un peu normal, si c'est toi qui l'as réalisée :b
Ton roman avait un fort potentiel au niveau de l'originalité, j'espère qu'il trouvera son public.
Tes dédicaces se sont-elles bien passées ?
Je te souhaite une excellente continuation.
Amicalement,
Coralie :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revedefantasy.org
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Dim 11 Déc 2011 - 6:48

Oh! Merci infiniment Coralie. Je viens tout juste d'apprendre ta véritable identité alors 8)

Je viens de temps en temps faire mon tours sur le forum, mais n'y participe presque plus, désolée. Le temps me manque on dirait. Je vais tout de même tenter de revenir fidèle au poste armée . Et puis, si des membres me posent d'autres questions, je vais faire un effort pour leur répondre la même journée bien évidemment.

Merci pour les encouragements. Je n'ai pas encore eut de rapport de ventes, mais le fait d'avoir fait coïncider la période des fêtes avec sa sortie en librairie va sans aucun doute aider à la vente.

Amicalement,
Stéphanie
Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Solon
Adjuvant de l’Écriture
Adjuvant de l’Écriture
avatar

Masculin Messages : 1733
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 28
Localisation : Dans les méandres de l'inconscient de mes personnages...

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Dim 11 Déc 2011 - 10:27

Merci beaucoup pour ces précisions !
Si d'aventure j'ai d'autres questions qui me viennent, je viendrai faire un saut par ici :)

Solon

_________________
[#]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.construirelavenir.AuDomicile.com
olivier.lusetti
Conseiller Littéraire
Conseiller Littéraire
avatar

Masculin Messages : 4073
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 50
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Ven 6 Avr 2012 - 11:43

Bonjour ! chère Stephanie Sylvain, je voulais te souhaiter un joyeux anniversaire et savoir comment se déroule ta vie d'écrivaine publiée. Est-ce que cela correspond à ce que tu imaginais ?

lasuite

Amicalement
Olivier
:)

_________________
COMMENT MIEUX ÉCRIRE, RACONTER UNE HISTOIRE ET RÉUSSIR SA FANTASY. Disponible à la vente

COMMENT ON DEVIENT ÉCRIVAIN ET LE TRAVAIL DU STYLE. Antoine Albalat. Disponible à la vente.

Comment écrire une histoire fantastique en 5 semaines. Disponible à la vente.

Comment il ne faut pas écrire & L'art d'écrire enseigné en 20 leçons & Les Tendons du Style. Antoine Albalat. Disponible à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
Stéphanie.Sylvain
Apprenti(e)-Magicien
Apprenti(e)-Magicien
avatar

Féminin Messages : 266
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 27
Localisation : Laval, Québec, Canada

MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   Ven 6 Avr 2012 - 13:18

C'est très gentil de ta part Olivier.

Aujourd'hui, je réalise que le travail d'un auteur ne se termine pas à la sortie de son livre. En fait, il ne fait que commencer. Dès l'heure qu'un manuscrit est achevé, il faut se mettre sur d'autres projets et enrichir notre expérience et la nourrir de toute la passion dont il est possible de faire preuve.

Je jongle donc présentement sur deux nouveaux projets de romans dont un qui s'est fait en coopération avec un autre écrivain.

Aussi, la publication d'un ouvrage demande une grande participation de l'auteur : auto-promotion, le bouche-à-oreille, les dédicaces, le réseautage. J'ai bien peur que c'est ce second aspect qui manque peut-être à ma carrière d'auteure. Je n'ai pas beaucoup de temps à y accorder, car je travaille à temps plein et je n'ai peut-être pas le caractère d'un spécialiste en marketing. Je n'ai pas non plus la chance d'être supporté par un grand réseau de vente ou un agent. Je tente donc de faire de mon mieux pour me faire connaître et reconnaître. Vous le savez tous, le marché est rude. Souhaitez-moi bon courage!

Revenir en haut Aller en bas
http://lesgokans.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec Stéphanie Sylvain l'auteure de : Les Gokans - La beauté dans l'obscurité, aux éditions Pratiko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Séminaire - Caméra Café (2009)
» trouver un mot avec la dernière syllabe
» Pour tout ceux qui ont eu un problème avec leurs antenne en 2,4ghz!
» Quoi faire avec de la pâte de sésame « Tahini »
» Disneyland avec 3 enfants. Comment s'organiser pour les attractions?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rêve de Fantasy :: Général :: LA RUBRIQUE DES PRESCRIPTEURS ET DES AUTEURS-
Sauter vers: